top of page
  • Photo du rédacteurNaoki

Mouvement : nous sommes des requins !

Dernière mise à jour : 7 août 2023

A l'instar de certaines espèces de requins, dont le grand blanc, le Mako ou le requin baleine, qui doivent obligatoirement nager pour respirer et donc bouger pour vivre, nous devons obligatoirement bouger pour vivre longtemps et en bonne santé.



 

L'activité physique est essentielle pour la santé. Quelle évidence me direz-vous ! Voyez plutôt les choses comme suit : tout comme certains requins qui doivent nager pour respirer et vivre, les humains ont besoin de bouger pour rester en bonne santé et vivre plus longtemps de manière autonome. L'inactivité physique est un facteur de risque majeur pour de nombreuses maladies chroniques, telles que le diabète, l'hypertension artérielle, les maladies cardiovasculaires et certains types de cancer. Là encore, j'enfonce sûrement des portes ouvertes. Mais j'ai l'impression qu'il est nécessaire de le marteler pour que ça rentre, mais surtout pour que ce soit appliqué. Car la tendance naturelle du corps à l'économie, nous dessert dans cet environnement d'abondance, d'accessibilité et d'immédiateté. Nous avons trop, beaucoup trop vite et facilement. Ca a ses avantages bien sûr, mais également ses inconvénients. tantôt plus libres d'un côté, tantôt plus assujettis de l'autre.

En outre, nous nous appuyons peut-être un peu trop sur les fantastiques avancées médicales pour nous guérir si cela va mal, afin de profiter à 200% du maintenant, du trop et du tout suite. Et cela coûte également très cher au contribuable. A nous tous en somme.


Nous sommes encore trop peu nombreux à nous mouvoir suffisamment. Selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS), environ 1,4 milliard d'adultes dans le monde sont physiquement inactifs, ce qui représente environ un quart de la population mondiale.


L'hypertension artérielle est l'une des maladies les plus courantes liées à l'inactivité physique et une des plus pernicieuse car silencieuse. L'activité physique régulière peut aider à prévenir et à traiter l'hypertension artérielle. Des études ont montré que la réduction de la pression artérielle systolique de 5 mm Hg peut réduire la mortalité due aux accidents vasculaires cérébraux de 14 % et celle due aux maladies coronariennes de 9 %. Cette activité physique liée à un sommeil de qualité durant lequel, la pression artérielle va diminuer de 10% environ sera très efficace pour prévenir l'hypertension artérielle.


L'activité physique peut également être un complément aux traitements médicaux, notamment dans la lutte contre le cancer et la limitation de perte musculaire lors de traitement par chimiothérapie. Selon les études, l'activité physique peut améliorer la qualité de vie des patients atteints de cancer en réduisant la fatigue, en améliorant la fonction physique et en réduisant les symptômes de la maladie.


Le manque d'activité physique peut également contribuer à des douleurs chroniques, notamment en affectant les fascias, qui sont des tissus conjonctifs qui enveloppent les muscles et les organes. Un peu comme cette matière blanche qui maintient la structure d'une orange lorsque vous la couper en deux. Sans ces tissus conjonctifs, plus rien ne pourrait se tenir ensemble dans notre corps, même pas nos os. Ces fascias constitue un vrai réseau à l'échelle du corps et sont majoritairement composés d'eau et de collagène. Ils sont également traversés par de nombreux nerfs qui transmettent des informations.

Figurez-vous que le manque d'activité physique peut entraîner une perte de flexibilité et de mobilité des fascias, ce qui peut causer des douleurs chroniques (notamment ces douleurs chroniques non spécifiques du dos par exemple).

Egalement, les fascias sont liés aux deux systèmes nerveux, sympathique et parasympathique, ainsi qu'à d'autres systèmes du corps. Ils peuvent être influencés par les émotions, le stress et les douleurs, et sont importants pour la santé et le bien-être. La douleur peut bel et bien être majorée par vos émotions (stress, angoisses, etc).


Enfin, l'activité physique est également importante dans les processus de guérison. Bouger est essentiel pour limiter la prolifération des tissus conjonctifs lors du processus de guérison, ce qui peut causer des adhérences et donc des douleurs. Comme si, si on ne bouge plus, les tissus conjonctifs se multipliaient à outrance et de manière chaotique lors de la guérison si on reste trop longtemps immobilisé.

 

En conclusion, l'inactivité physique est un facteur de risque majeur pour de nombreuses maladies chroniques, telles que le diabète, l'hypertension artérielle, les maladies cardiovasculaires et certains types de cancer. Il est important de promouvoir l'activité physique pour prévenir ces maladies et améliorer la qualité de vie des personnes atteintes de maladies chroniques. Il convient de rester en mouvement.


Il est temps de réagir afin d'être acteur de notre santé. On nous bassine avec du "sois acteur de ta vie et réussi tes projets (souvent professionnels), réalise tes rêves !". Mais tout ça n'est possible qu'en faisant l'expérience de cette réussite et de cet accomplissement par le biais de notre corps, cerveau inclus. Notre corps n'est pas un simple moyen de transport, mais il est un capteur complexe de nos sensations, de nos plaisirs, de nos douleurs. Il est créateur de nos émotions, de nos accomplissements et de nos actes.

Et en y réfléchissant 2 minutes, dépossédé de tout ce qui s'achète, il ne nous restera plus que notre corps.

Je parle de tout cela dans mon livre d'ailleurs, dont le titre est Bouger, ça commence dans la tête ! et édité aux éditions First (disponible dans toutes les librairies et e-librairies francophones).


Considérez-vous comme un requin blanc, extrêmement adapté à son environnement et complexe, mais dont la survie dépend du mouvement.

 

Sources :

7. Plumey Laurence, "Napso-thérapie", Editions Eyrolles, 2023

Comments


bottom of page